Maladies auto-immunes et pathologies et / ou réactions pouvant être associées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maladies associées : les MICI

Message  Admin le Mar 7 Juin - 17:23

Maladies inflammatoires chroniques de l'intestin - MICI : une mobilisation nécessaire

La journée mondiale des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI), c'était le 19 mai. L'occasion pour les associations de patients de publier un sondage et de rappeler l'impact de la maladie sur la vie quotidienne.

MICI, maladies inflammatoires chroniques de l'intestin : c'est quoi au juste ?Quel impact ont les maladies inflammatoires chroniques intestinales sur la vie quotidienne ?
MICI, maladies inflammatoires chroniques de l'intestin : c'est quoi au juste ?

Il y a deux MICI : la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique. Ces deux maladies de l'intestin sont relativement proches, puisqu'elles sont des inflammations chroniques qui se déroulent dans le tube digestif. Elles évoluent toutes les deux par poussées et rémissions, et entraînent toutes les deux des douleurs abdominales et des diarrhées. Il y a aussi des différences : la maladie de Crohn peut atteindre tout le tube digestif (de la bouche à l'anus) alors que la recto-colite hémorragique ne touche que l'intestin. Il n'est pas toujours évident de faire la différence entre les deux maladies, mais heureusement les traitements sont proches. Ils ne parviennent cependant pas à guérir ces maladies, ni même à éliminer tous les symptômes. C'est pourquoi la fédération européenne des associations de patients atteints de maladie de Crohn ou de recto-colite hémorragique (EFCCA) a voulu attirer l'attention, à l'occasion de la journée mondiale, sur l'impact qu'ont les MICI sur la vie quotidienne de ceux qui en souffrent. "En finir avec les MICI signifie non seulement trouver un remède, mais aussi limiter les effets de la maladie, supprimer l'impact social" a ainsi déclaré le président de l'EFCCA, Marc Greco.


Quel impact ont les maladies inflammatoires chroniques intestinales sur la vie quotidienne ?

L'EFCCA a lancé une grande enquête visant les patients atteints de MICI. Celle-ci n'est d'ailleurs pas clôturée ; vous trouverez ici le formulaire pour y répondre si vous êtes concerné. Des résultats préliminaires ont cependant été publiés… et ils montrent bien que ces maladies ont un impact profond sur la vie de ceux qu'elles touchent :

•Plus de 66% des patients pensent que leur maladie a eu un impact négatif sur leur carrière ou leurs revenus.
•48% disent avoir perdu un travail, ou dû démissionner, à cause de la maladie.
•27% ont pris plus de 25 jours de congé maladie dans l'année qui vient de s'écouler.
•22% estiment que la maladie a été la cause de la fin d'une relation personnelle.
Mais ce qui est peut-être le plus alarmant, c'est que les patients sont, pour une large part, insatisfaits de leur suivi médical. Ainsi, un tiers souhaiterait que leur gastroentérologue pose des questions plus poussées, la moitié ont parfois l'impression de ne pas avoir pu communiquer quelque chose d'important à leur médecin après un rendez-vous, et 20% estiment ne pas avoir suffisamment accès au professionnel de santé qui les suit pour leur MICI.

Face à ces chiffres qui sont inquiétants, le rôle des associations de patients semble capital dans le suivi : 61% des personnes touchées estiment qu'entrer en contact avec une telle association a amélioré leur vie en général.

Conclusion : si vous souffrez d'une maladie des intestins, n'hésitez pas à être proactif auprès de vos médecins, pour avoir le suivi dont vous avez besoin. Parallèlement, n'hésitez jamais à profiter de la solidarité qui se crée entre patients. Le site internet de l'EFCCA comporte une liste de toutes les associations européennes… faites votre choix.

Article publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 31/05/2011
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Jeu 25 Aoû - 18:55

Plusieurs modèles expérimentaux de souris ont révélé l'efficacité d'un traitement contre les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), à partir d'un dérivé du BCG. Une avancée à confirmer avec des essais cliniques mais qui pourrait permettre de réaliser un traitement contre la maladie de Crohn par exemple.
Des chercheurs français ont développé un traitement susceptible de contrôler certaines maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) dont fait notamment partie la maladie de Crohn. Leur stratégie repose sur un dérivé du vaccin antituberculeux BCG. Pour l’heure, le modèle employé n’est qu’expérimental, mais la piste paraît « sérieuse ».
Explications :
Le traitement en question a été élaboré par des chercheurs de l’Institut Pasteur de Paris et d’Immunotherapix, une société de biotechnologie. Ce dérivé du BCG cible les lymphocytes T régulateurs. Autrement dit, les cellules qui « ainsi que leur nom l’indique, vont réguler le système immunitaire afin d’éviter qu’il ne s’emballe, comme c’est le cas dans de nombreuses maladies inflammatoires » nous précise Gilles Marchal, principal auteur de ce travail. L’objectif est en quelque sorte d’en mobiliser un nombre important, avant que ces cellules ne migrent vers les foyers inflammatoires.

Le dérivé du BCG pourra-t-il être un traitement contre les MICI ?

Des résultats très prometteurs
À ce stade, la stratégie paraît fonctionner à merveille « sur plusieurs modèles expérimentaux de souris », poursuit Gilles Marchal. Le traitement apparaît « très bien toléré, n’entraînant pas ou très peu d’effets secondaires. Et surtout il ne diminue pas les défenses naturelles de l’organisme ».
Les scientifiques affichent leur confiance, estimant que leurs « résultats sont très prometteurs ». Prochaine étape : le lancement d’essais cliniques sur l’Homme. Il faudra toutefois encore un peu de patience. Ces essais ne devraient en effet pas débuter avant 2013.


Source D S
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Manifestations cutanées

Message  Admin le Ven 24 Fév - 19:03

En médecine classique, on considère le psoriasis comme un dysfonctionnement du système immunitaire. Il peut s'agir d'une prédisposition génétique, mais pas nécessairement puisqu'on retrace des antécédents familiaux de psoriasis dans seulement le tiers des cas. En outre, des facteurs environnementaux interviennent en faveur du psoriasis, tels des stress physiques (maladies, blessures, chirurgie, médicaments, etc.) ou psychiques (fatigue nerveuse, anxiété).

Sans nier tous ces éléments, les naturopathes portent un regard différent sur le psoriasis. Ils accordent un rôle important à la nutrition et à la digestion dans le développement de la maladie. On pense à une digestion incomplète des protéines, une surcharge du foie causée par la consommation d'alcool et de gras animal ou des carences nutritionnelles, notamment en vitamine A et en zinc .

Source ABC Santé
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Sam 14 Juil - 16:11

Bientôt ( 2013 ) ; dans le livre - revue de C.MANTELET , présidente AISMS , des aides et conseils vérifiés pour contrecarrer une " poussée " dermatologique de psoriasis ou pustulose .
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Maladies auto-immunes et pathologies et / ou réactions pouvant être associées

Message  Admin le Jeu 9 Aoû - 17:56

Les allergies :

Bien sûr, l’apparition soudaine d’une réaction allergique est même le propre d’une allergie ! En fait, être allergique, c’est tout simplement avoir un système immunitaire qui s’emballe au contact d’une substance extérieure appelée allergène. Il n’y a pas d’âge pour cela, même si une telle réaction est plus fréquente chez l’enfant.
Exemple de l'allergie alimentaire
Prenons l’exemple de l’allergie alimentaire. Un exemple pertinent, puisqu’il concerne pratiquement deux millions d’adultes. Une personne peut manger un aliment pendant des années avant de développer une allergie. Ainsi, on ne compte plus le nombre d’adeptes des fruits de mer qui, un jour, déclenchent une intolérance alimentaire violente. Le scénario est identique avec les pollens présents dans l’air.
Et pour cause, plus la personne est allergique (même si elle ne le sait pas), plus elle fabrique des anticorps (les IgE) et plus elle réagit lorsqu’elle est en présence de quantités de plus en plus faibles d’allergènes. Il suffit donc que la concentration des anticorps atteigne un certain niveau dans l’organisme pour déclencher l’allergie…
En revanche, des zones d’ombre subsistent quant à l’origine exacte d’une sensibilité allergique. Les facteurs environnementaux (pollution, usage intensif d’insecticides ou de colorants dans l’alimentation) sont souvent mis en cause. Mais pas seulement. Certaines prédispositions génétiques aussi, sont pointées du doigt. Ainsi l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) rappelle-t-elle qu’un enfant dont les deux parents sont allergiques, a 50% de risque de le devenir à son tour…
L’allergie peut se traduire par différents symptômes : cutanés (eczéma, rougeur), respiratoires (asthme, rhinite allergique), digestifs (diarrhées, vomissements, douleurs abdominales). Le gonflement du visage ou de la langue (œdème de Quincke), et dans certains cas extrêmes, une chute brutale de la tension artérielle (choc anaphylactique) signent également une allergie.
Source : OMS, association Asthme et Allergie, juillet 2009
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladies auto-immunes et pathologies et / ou réactions pouvant être associées

Message  Admin le Lun 13 Aoû - 7:05

Pour nos amies "SPA et SAPHO" concernées :
Quels sont les symptômes du syndrome de Sjögren ?

Le syndrome de Sjögren est la conséquence d’un mauvais fonctionnement du système immunitaire. Ce sont essentiellement les yeux et les glandes salivaires qui sont touchés et cela entraîne un dessèchement de la bouche et de la conjonctive. Le nom du syndrome fait référence à l’ophtalmologiste suédois Henrik Sjögren, qui a été le premier à décrire la maladie.

Symptômes
Suite à l’insuffisance de liquide lacrymal, les patients souffrent de sensations de brûlure et de démangeaisons ainsi que de la présence de filaments visqueux dans les yeux. Comme les glandes salivaires ne produisent pas assez de salive, il s’ensuit une sécheresse buccale.
Parfois, les patients sont également sujets à d’autres symptômes, tels que :
- inflammation des reins ;
- inflammation des vaisseaux sanguins qui irriguent la peau et certains organes ;
- inflammation des articulations ;
- inflammation des poumons ;
- diminution de la sensibilité dans les membres ;
- inflammation de la glande thyroïde.
La cause précise est encore inconnue. Certaines indications permettent de penser que des infections virales, résultant d’une carence en vitamines essentielles, en minéraux, en oligo-éléments et en co-enzymes, des hormones et des facteurs héréditaires pourraient jouer un rôle dans l’apparition de cette maladie auto-immune.
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Sam 18 Aoû - 17:07


Tabac et Maladie de Crohn ne font pas bon ménage !

08/06/2012


L'afa en partenariat avec Abbott part en campagne...
Prédispositions génétiques, désordres du système immunitaire, facteurs environnementaux… les causes de la maladie de Crohn dont souffrent 120 000 personnes en France, sont encore difficiles à établir. Seul un facteur de risque environnemental est avéré pour la maladie de Crohn : le tabac.



De janvier à mai 2012, l’Association François Aupetit (afa) en partenariat avec Abbott a appelé à la mobilisation générale en faveur de la connaissance et de la reconnaissance des MICI, maladies inflammatoires chroniques de l’intestin très handicapantes au quotidien (maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique) qui touchent près de 200 000 personnes en France.
Plus de 1 000 anonymes (malades, proches, gastro-entérologues, internautes) ont ainsi photographié leur ventre dans le cadre de la campagne « Ensemble, montrons nos ventres » et l’ont posté sur le site www.montronsnosventres.fr.
Le résultat de cette forte participation est visible tout le mois de juin, Place Blanche Paris 18e, sous la forme d’une bâche géante (130m²) intitulée « Ces ventres ont quelque chose à vous dire ! » ; une façon originale et ludique pour interpeller le grand public et ainsi mieux faire connaître les MICI.

Que veulent nous dire tous ces ventres ? A partir du 1er juin, l’afa met l’accent sur l’impact du tabac dans la maladie de Crohn, seul facteur déclenchant avéré pour cette maladie dont souffrent 120 000 personnes en France.

Le fait de fumer multiplie le risque de développer une maladie de Crohn et le tabac aggrave l'évolution de cette maladie. Le risque de poussée est augmenté chez les fumeurs actifs par rapport aux non-fumeurs. « Il est important pour les malades fumeurs de comprendre l’intérêt d’arrêter de fumer », explique le Professeur Jacques Cosnes, gastro-entérologue à l’hôpital Saint Antoine (Paris) « car pour eux la maladie peut être nettement plus grave que pour les patients non-fumeurs ». Or, ce risque est peu connu des patients et encore moins du grand public, selon les résultats d’une récente enquête IFOP réalisée auprès de plus de 1 000 Français.

L’afa et l’Office Français de prévention du Tabagisme (OFT), en partenariat avec Abbott , ont réalisé une campagne d'information sur le sujet comprenant notamment deux livrets d'information :
- L’un à destination des patients pour répondre à leurs questions. « Il faut dire aux fumeurs qu’ils peuvent être aidés d’un point de vue motivationnel, psychologique, et, si besoin, par des traitements d’aide à l’arrêt du tabac pour cesser leur tabagisme de façon
confortable, sans manque », indique le Dr Nadia Lahlou, tabacologue à Paris.
- Le second est un guide pour les médecins pour les aider à accompagner leurs patients : à quel moment leur parler de l’arrêt du tabac et quels arguments leur donner, etc.

Ces livrets seront disponibles dès le 15 juin chez les gastro-entérologues et en téléchargement sur les sites Internet dédiés à la maladie de Crohn : www.afa.asso.fr et www.vousnetespasseul.fr.




avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Ven 7 Sep - 12:02

Réservé adhérents AISMS

* Céphalées par abus médicamenteux
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Lun 10 Sep - 15:26

Les raideurs matinales sont des troubles fréquents chez les personnes souffrant de fibromyalgie. Comme leurs muscles demeurent tendus durant la nuit, ces patients éprouvent une sensation de raideur le matin.

Raideur musculaire
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la raideur musculaire est le premier signe d’une fatigue excessive, d’un burn out, d’une fatigue chronique et de fibromyalgie. Le nombre de personnes souffrant de douleurs musculaires ne va cesser d’augmenter au cours des prochaines années. C’est le prix à payer pour un combinaison de plusieurs facteurs, tels qu’un style de vie agité (comprenez flexible), la baisse de la qualité de l’alimentation et la dégradation de l’environnement. Le professeur américain David Pimentel est formel. "Le nombre de personnes souffrant de burn out progressera au cours des années à venir d’un facteur cent à mille. Cela vaut d’ailleurs aussi pour de nombreuses autres maladies liées directement à notre mode de vie stressant. Le nombre de nouveaux cas de cancer augmente ainsi de sept millions par an."
D. Pimentel arrive à la conclusion que les personnes doivent être davantage à l’écoute de leur corps. Les raideurs matinales indiquent que quelque chose ne tourne pas rond dans l’organisme. La première chose à faire est de renforcer le système immunitaire.

avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladies auto-immunes et pathologies et / ou réactions pouvant être associées

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum