SAPHO et traitements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Diminuer les douleurs articulaires

Message  Admin le Jeu 1 Jan - 10:20

Depuis de nombreuses années déjà, on suppose que l’alimentation joue un rôle important dans le développement de l’arthrite rhumatoïde (inflammation des articulations). De nombreuses personnes constatent une amélioration de leur état en évitant de consommer des produits laitiers, des agrumes, des tomates, des aubergines et certains autres aliments.
Une étude réalisée en 1989 auprès de plus de mille patients arthritiques a montré que certains aliments, tels que la viande rouge, les sucreries, les graisses, le sel, la caféine et les tomates, aggravaient leur état de santé. Dès que ces personnes ont cessé de consommer ces aliments responsables des douleurs, on a observé une amélioration de leur état dans les huit semaines. Les produits laitiers sont probablement les plus problématiques, tout particulièrement les protéines de lait, plus encore que les graisses. Les produits écrémés posent donc autant de problèmes que le lait entier.
De plus en plus d’études montrent en effet que la modification de certaines habitudes alimentaires permet de diminuer les douleurs articulaires. Les huiles polyinsaturées et les suppléments d’oméga 3 auraient ainsi un effet bénéfique sur l’arthrite
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: SAPHO et traitements

Message  Invité le Jeu 1 Jan - 14:18

Bonjour Corinne,
L'arthrite rhumatoïde peut être effectivement soignée par un régime alimentaire. J'en ai la preuve : Moi !!!!! :)
Depuis 4 ans, régime Seignalet + compléments alimentaires (Magnésium, Vitamines C, D, E et oméga 3) et beaucoup moins de douleurs, plus de crise inflamatoire, plu de médicament.
Si seulement les médecins s'intéressaient un peu plus à l'alimentation avant de nous noyer sous des tonnes de médicaments qui détraquent autant qu'ils soignent.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

juste une question

Message  Invité le Sam 24 Jan - 8:41

bonjour, Corrine et Mai, je mange selon regime Seignalet a peu pres 5- 6 mois, pour instante cest sur jai la peau qui va mieux, puis je va moins au toilette.... mais jai toujur tres mal, alrs je vouler just vous demander a peu pres combienne de temps ca a pris chez vous pour adouccire le douleurs merci

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Sam 24 Jan - 9:12

Bonjour Romana ,
pour ma part , le régime Seignalet , je le fais depuis 26 mois , au début (après trois mois de ce régime ) j'ai fais une énorme poussée ! je ne me suis pas découragée car j'avais entendu parler de "poussée de désencrassage"! et j'ai connu les premiers bénéfices vers 5 mois de régime , depuis : que du bonheur !!!
voilà , j'espère que mon témoignage pourra t'aider , je dirais , quand même que sur la peau , j'ai vu les bénéfices le premier mois ! cheers cheers cheers cheers
je te souhaite , bien sur , la même chose !!
à bientôt , Corinne
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

SAPHO et traitements

Message  Admin le Lun 18 Jan - 9:22

Une nouvelle rubrique est ouverte ce jour , 18 janvier 2010 sur le site :
http://maladiedesapho.e-monsite.com/

Réservée aux adhérents AISMS , elle concerne les études des différents traitements proposés dans le cadre du SAPHO et des SPA .
A ce jour :
*** SAPHO et traitement anti-TNF ***
à venir :
*** Evolution du SAPHO ***

Tous ces articles sont des articles médicaux issus d'une revue médicale où l'on retrouve les plus grands rhumatologues français et étrangers .
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Lun 21 Juin - 18:09

OK !
Les deux articles proposés ont été imprimés et sont à votre disposition au siège de l'AISMS suite à un " droits réservés " des auteurs et suite ( surtout ) à un appel de notre ami médecin qui me met en garde contre une utilisation de ces articles à des fins de nuire à notre association !!!
sans commentaires !
c'est bien malheureux tout ça !

donc , sont à la disposition des adhérents AISMS et en consultation sur place :
SAPHO et traitements
SAPHO et examens
ainsi que : SAPHO : étude de cas

merci de votre compréhension !
et désolée de devoir " cacher " des informations qui devraient être visibles de tous !
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Lun 20 Sep - 11:11

20 septembre 2010

Un nouvel article médical est disponible sur demande aux adhérents AISMS :

Traitements biphosphonates et risque accru de cancer
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Jeu 17 Mar - 11:56

Un nouvel espoir pour les personnes atteintes de SAPHO est en marche !
Nous venons de recevoir un article prometteur quant à la découverte d' une nouvelle molécule agissant contre le mécanisme de l'inflammation !
à suivre ...
Pour l'instant , les souris testent ...
Cette molécule pourrait servir à toutes les pathologies inflammatoires .
D'autres infos bientôt ?

Photocopie de l'article sur demande
mantelet.corinne@orange.fr

avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Jeu 24 Mar - 14:19

Un extrait de pelure de fruit de la passion pourpre empêche la dégénérescence des articulations en cas d’arthrose, c’est ce qu’ont constaté des chercheurs iraniens. Les participants à l’étude ont ressenti une diminution des raideurs et des douleurs. Les patients qui dans le cadre de la même étude avaient pris un placebo, eux, ont vu l’état de leurs articulations s’empirer.

Le fruit de la passion est riche en flavonoïdes, ce sont des substances végétales auxquelles sont attribuées des propriétés anti-inflammatoires.
La plupart des gens âgés de plus de 70 ans souffrent d’une usure des articulations ou d’arthrose. Ce sont les genoux qui posent le plus problème : ce sont eux, en effet, qui doivent porter tout le poids !

Source ABC Santé

avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Jeu 12 Mai - 11:58

Ils pourraient bien être surnommés « la plus grande pharmacie du monde » : les océans regorgent en effet de molécules intéressantes d'un point de vue pharmacologique, dont certaines sont déjà sur le marché. Si beaucoup d’autres restent à découvrir, le chemin jusqu'à nos armoires à pharmacies n’est pas un long fleuve tranquille…

L’océan, qui représente 70 % de la surface terrestre, est en train de devenir la plus grande pharmacopée du monde. Ses nombreuses espèces animales, végétales et bactériennes, qui malgré les diverses expéditions successives sont encore loin d’avoir toutes été découvertes, renferment certainement un nombre très élevé de molécules aux propriétés inattendues.
Certaines espèces ont d’ailleurs déjà été repérées pour leur intérêt pour l’Homme. Des algues venues de la mer permettent notamment de fabriquer des biocarburants ; des bactéries servent à fabriquer des matières plastiques biodégradables. Le chitosane, un composé osidique provenant de l’exosquelette des crustacés, est utilisé en cosmétique, en agroalimentaire, voire en médecine où il peut être employé pour fabriquer une sorte de peau artificielle destinée aux grands brûlés, ou des lentilles de contact.

Des escargots chasseurs au harpon empoisonné !
Dans le domaine pharmaceutique, l’océan regorge également de molécules intéressantes, dont certaines, déjà connues, proviennent de « cônes ». Ces magnifiques mollusques gastéropodes, cousins des escargots terrestres, s’en distinguent notamment par une arme redoutable qu’ils utilisent pour chasser. Au bout d’un harpon, ils sécrètent en effet des neurotoxines, parfois violentes au point d’être fatales pour l’Homme, et c’est justement ce qui les rend intéressantes aux yeux des chercheurs qui les connaissent depuis les années 1960.

Les cônes sont des gastéropodes marins dangereux pour l'Homme, du fait de leur puissante neurotoxine. © Richard Ling, Wikimedia, CC by-sa 3.0

L’étude de ces cônes a débouché sur l’obtention d’une molécule approuvée par la FDA américaine et utilisée dans le domaine médical. Il s’agit du ziconotide, commercialisé sous le nom de Prialt. Cette protéine issue de l’espèce Conus magus agit comme un puissant antidouleur, plus puissant que la morphine. Préconisé dans le cas de douleurs chroniques, ce médicament doit être injecté directement dans le liquide cérébrospinal pour éviter les effets secondaires et améliorer son efficacité. L’Ifremer participe à faire progresser les découvertes, notamment grâce au projet Conco, un projet de recherche européen pour la découverte de nouveaux médicaments à partir de molécules issues des cônes.
Des molécules anticancéreuses ont également émergé d’animaux marins. La trabectedine, ou Yondelis, est extraite de l’ascidie Ecteinascidia turbinata (un tunicier vivant fixé sur le fond, lointain cousin des vertébrés) et agit sur les sarcomes de tissus mous. D’autres molécules intéressantes venues de la mer, comme l’aplidine ou la bryostatine, sont en train d’être testées au cours d’essais cliniques. Des antibiotiques (céphalosporines) et des antiviraux (l’AZT) proviennent également d’espèces marines.
Des molécules difficiles à exploiter
Si l’océan parait être une source inépuisable de molécules thérapeutiques, les difficultés pour les exploiter sont nombreuses ! L’environnement océanique est difficile d’accès, sans parler des fonds marins situés à plusieurs milliers de mètres sous la surface. Même si l'on découvre des espèces inconnues qui sécrètent potentiellement des molécules très intéressantes, l’extraction des molécules en suffisamment grandes quantités, même pour leur seule analyse, est compliquée. Ensuite, si la molécule se révèle effectivement utile, il faut pouvoir la produire industriellement en cultivant l’animal source (ce qui est souvent impossible hors de son milieu naturel), ou plus souvent par chimie ou génie génétique, autre étape critique.
La bioprospection, la pratique qui consiste à recenser toutes les espèces afin de les conserver mais aussi de les détourner à des fins utilitaires, est malgré ces difficultés en plein essor dans les océans du globe. Il faut donc veiller à ne pas transformer cette pratique en biopiratage, où le respect accordé à la nature passe au second plan.
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Sam 2 Juil - 16:47

Un très bon article scientifique ( écrit par un rhumatologue français ) grâce auquel nous pouvons faire l'analyse des difficultés liées aux traitements du SAPHO et des spondylarthropathies en général ( réservé adhérents AISMS )
Petite note personnelle : pour une fois , je trouve cet article TRES réaliste !
ATTENTION : une partie est en anglais ( je peux traduire sur les photocopies si vous me le dites ! )

** Traitements et maladies chroniques : difficultés de mise en place , de suivi ... analyses

avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Ven 22 Juil - 15:52

« Faire face à la douleur naturellement »
Côté santé, juillet 2011
Côté Santé fait le point sur les « méthodes douces » qui « élargissent le champ des thérapies pour soulager durablement les maladies chroniques et les affections aiguës ». « Un bon moyen de compléter sa stratégie antidouleur », selon le magazine.
L’auteur de l’article, Louise Castillon, revient au préalable sur « le parcours du combattant » pour les malades et « les failles de la prise en charge de la douleur en France » : centres antidouleur « surchargés, avec parfois six mois d’attente avant l’obtention d’un premier rendez-vous », « accompagnement du généraliste parfois insuffisant », « antalgiques à disposition parfois mal adaptés ». Une opportunité pour les médecines douces « d’entrer en piste, non pas pour remplacer un traitement médicamenteux mais potentialiser son efficacité »…
La journaliste aborde ensuite plusieurs pistes pour soulager la douleur :
- le sport exerce « un effet apaisant sur toutes les pathologies où le stress peut avoir un impact déclenchant ou aggravant » ;
- « soigner son sommeil en évitant, les tensions et les repas trop copieux » avant de se coucher ;
- l’alimentation : « Mieux vaut privilégier une consommation régulière de légumes, de graines et de certains fruits, comme la pomme, qui sont alcalinisants pour neutraliser l’acidité du corps », insiste Hervé Siredey, naturopathe iridologue à Lons-Le-Saunier ;
- se relaxer grâce au yoga, au tai-chi-chuan, au Qi gong, à la sophrologie…
- l’acupuncture « obtient de très bons résultats pour la plupart des pathologies, de la migraine à la fibromyalgie … », précise Louise Castillon ;
- l’hypnose ericksonienne « réveille la production d’endorphines qui jouent un rôle antalgique naturel » ;
- les massages pour agir en profondeur : massage chez un kiné, réflexologie, ostéopathie…
- la phytothérapie : « Le saule blanc est la plante star pour calmer les douleurs articulaires et dentaires, la fièvre, les maux de tête », intervient Hervé Siredey.
L’article se conclut sur une mise en garde : « Attention aux promesses non tenues », la journaliste recommande aux lecteurs de « ne pas se lancer dans n’importe quelle nouveauté » et conseille de « prendre l’avis de son médecin pour se forger une idée juste ».





avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Jeu 18 Aoû - 18:21

Une étude menée à Bordeaux a révélé qu’ un complément alimentaire composé d’huile de poisson, d’extrait d’ortie, de zinc et de vitamine E avait fortement diminué l’arthrose (l’usure des articulations) après seulement trois mois de traitement. Grâce au complément, les patients pouvaient diminuer de moitié leurs antidouleurs et anti-inflammatoires.

On n’a pas encore pu obtenir un tel résultat avec des médicaments ou d’autres compléments alimentaires contenant de l’extrait de cynorhodon ou de la glucosamine. Les résultats de cette étude dépassaient largement les attentes. Il est possible que ce soit la combinaison de plusieurs principes actifs qui produise un tel effet. De nombreuses études ne se sont penchées que sur l’action d’un seul nutriment, mais l’effet n’est pas toujours aussi remarquable dans le cas d’une maladie complexe comme l’arthrose.

Source ABC santé
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

douleurs

Message  josy le Ven 16 Sep - 9:06

On ne sait jamais , peut-être une piste contre nos douleurs ...

Des scientifiques de l'université de Cambridge ont mis en évidence le gène responsable du déclenchement de certaines douleurs chroniques. Ces expériences ouvrent une voie de recherche vers un futur traitement qui concernerait environ un tiers de la population.
Un remède contre les douleurs chroniques ? Ça n’est bien sûr pas pour tout de suite, mais les récentes expériences réalisées par les chercheurs de l’équipe du département de pharmacologie de l’université de Cambridge, décrites cette semaine dans la revue Science, mettent en évidence l’existence d’un gène qui active le processus des douleurs neurogènes (ou neuropathiques) souvent impliquées dans les cas de douleur chronique.
Les tests ont été réalisés sur des souris. Les chercheurs, emmenés par Edward Emery, ont montré que lorsqu’on supprime ce gène, nommé HCN2 (en créant des souris génétiquement modifiées), les stimuli qui, normalement, déclenchent des douleurs, n’ont plus aucun effet sur les souris. HCN2 est donc bien le gène à l’origine du déclenchement des douleurs neurogènes.
Ces recherches pourraient ouvrir la voie vers des traitements efficaces, signifiant la fin de longues souffrances pour 25 à 40 % (en fonction de la définition du terme « chronique » et l’intensité de la douleur) de la population générale. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la douleur est dite chronique lorsqu’elle se prolonge au-delà de six mois, de façon persistante ou récurrente. Les migraines et les maux de dos sont parmi les pathologies les plus concernées et les remèdes sont rares
avatar
josy

Nombre de messages : 290
Localisation : sud
Date d'inscription : 16/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Mer 5 Oct - 10:11

Pour tout savoir sur les anti tnf alpha :

http://www.lesantitnf.fr/default.asp

avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Ven 28 Oct - 16:11

La santé dans l’assiette

Vos menus ont un impact sur le déclenchement d’une crise douloureuse. «La priorité est de boire suffisamment pour limiter l’apparition de douleurs articulaires et musculaires, insiste Hervé Siredey, naturopathe iridologue à Lons-le-Saunier. L’alimentation a tendance à être acidifiante. Mieux vaut privilégier une consommation régulière de légumes et de graines et de certains fruits, comme la pomme, qui sont alcalinisants pour neutraliser l’acidité du corps.»

Pensez à faire votre plein d’oméga 3 qui joue un rôle pour calmer les inflammations. Au menu, poissons gras et huile d’olive et de colza. «Limitez en revanche votre apport en oméga 6, un excès favorisant l’inflammation des tissus», note Hervé Siredey. L’oligothérapie apporte également ses bienfaits. «Une complémentation en cuivre, or et argent est utile pour lutter contre les inflammations, souligne le naturopathe. Pour les douleurs chroniques, des ampoules de manganèse cuivre sur trois mois vous soulageront.»


avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Ven 28 Oct - 16:13

Les plantes prennent soin de vous

La phytothérapie soulage la douleur efficacement à condition de suivre un traitement sur la durée et de respecter les doses. «Le saule blanc est la plante star pour calmer les douleurs articulaires et dentaires, la fièvre, les maux de tête, intervient Hervé Siredey.

Côté posologie : de trois à six gélules par jour en fonction de l’intensité de la douleur. Il agit comme un antalgique grâce à la salicyline que contient l’écorce et transformé par l’organisme en acide salicylique, cette même substance étant le principe actif de la reine des prés. Évitez donc de prendre de l’aspirine (acide acétylsalicylique) en parallèle pour limiter les risques de surdosage.

L’arnica va venir soigner les douleurs provoquées par un coup. Un cataplasme de feuilles de menthe au niveau des tempes soulage les migraines.» Les huiles essentielles peuvent venir compléter votre stratégie antidouleur. «Un massage localisé à base d’huiles essentielles de laurier noble possède un effet antalgique, poursuit le naturopathe. L’eucalyptus citronné calme les tendinites. Le basilic tropical est efficace contre les douleurs spasmodiques.»

avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Sam 5 Nov - 17:09

Et les anti-inflammatoires ...

http://sante.planet.fr/medicaments-et-risques-sante-anti-inflammatoires-leurs-dangers.47437.70.html?xtor=EPR-26-104527[Medisite-a-la-Une]-20111105
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Mer 5 Juin - 16:54

SAPHO, méthodes et traitements naturels sont ici :



avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

((

Message  Admin le Ven 26 Juil - 15:51


« Ces plantes qui nous guérissent »
L'Express , Le Point
L’Express publie un long dossier sur « ces plantes qui nous guérissent. Elles apaisent, elles stimulent, elles soignent. Fini le règne absolu de la chimie : patients et médecins redécouvrent les vertus d'une pharmacopée végétale parfois millénaire. Contre les maux courants ou en appui des traitements classiques, son efficacité est de plus en plus reconnue », constate le magazine, qui précise : « Encore faut-il ne pas jouer les apprentis sorciers ».

L’Express remarque ainsi que « longtemps, l'adepte des plantes médicinales a encaissé sans broncher les sourires ironiques et les remarques vachardes de ses interlocuteurs. […] Ses tisanes avaient le parfum rétro des soirées chez grand-mère ; ses préparations, le goût de la poudre de perlimpinpin pour les malades, les "vrais", cuisinés aux médicaments de synthèse. Lesquels proviennent pourtant, dans un bon tiers des cas, de ces mêmes végétaux... ». Jacques Fleurentin, président de la Société française d'ethnopharmacologie, indique que « les patients, et même certains médecins, ont cessé de faire le lien avec les plantes à partir du XIXe siècle, lorsqu'on a commencé à créer des médicaments avec des molécules isolées d'origine végétale. La chimie a comme gommé l'origine naturelle du médicament ».

L’hebdomadaire constate que « ces toutes dernières années, on ne compte plus les livres, revues et Salons consacrés à la "phytothérapie", nom savant de cette médecine par les plantes. Des millions de gélules, sachets de tisanes, onguents, flacons d'huiles essentielles colonisent les rayons des pharmacies ». Le magazine continue : « Dans l'intimité de leur cabinet, de plus en plus de généralistes s'enhardissent : "Pourquoi ne pas tenter cette petite infusion, pour changer des comprimés ?" Leurs confrères de l'hôpital s'y mettent. Des remèdes naturels sont désormais proposés aux patients comme "médecine de support" : le ginseng ou le gingembre, pour combattre les nausées provoquées par la chimiothérapie ; la mélisse, contre les symptômes des maladies chroniques de l'intestin... ».

L’Express observe qu’« à l'âge du Mediator, de la Diane 35 et d'autres affaires, c'est la simplicité des plantes, faciles d'utilisation, qui séduit. La pharmacopée française recense 439 espèces médicinales, dont 148 ont échappé au monopole du pharmacien ». Le magazine cite notamment le Dr Sophie Subirana-Michalet, généraliste en région lyonnaise, qui note que « cet engouement traduit un désir de retour aux sources, avec l'idée, chez certains, qu'il existerait un ordre naturel des choses que l'homme et ses actions auraient gravement perturbé. […] Avec les médecines douces, le symptôme est considéré comme l'expression localisée d'un désordre plus large et elles laissent davantage de place à l'écoute. Elles proposent un traitement adapté à chacun. La médecine classique, elle, donne l'impression de ne s'intéresser qu'au symptôme et de ''surmédicaliser'' les maux de la vie courante ».

L’Express précise cependant que « la Toile regorge de mauvais conseils et d'arnaques. De produits mal dosés, voire carrément toxiques. […] Comment savoir quelles plantes utiliser parmi les 148 en vente libre? […] Qui consulter? Alors que la demande du grand public ne cesse de croître, le manque d'information et de formation est patent ». Le magazine note en effet que « le cursus des étudiants en médecine ne compte qu'une trentaine d'heures de cours consacrées à la phytothérapie. Les diplômes universitaires spécifiques ne sont, la plupart du temps, ouverts qu'aux seuls professionnels de la santé. […] De plus en plus d'écoles privées proposent des diplômes, sans que le public ait les éléments pour en évaluer la qualité ».

« Discerner un bon naturopathe d'un flibustier des méthodes naturelles se révèle tout aussi difficile, puisque la profession, en plein essor, ne jouit d'aucune reconnaissance officielle », poursuit l’hebdomadaire, qui livre son guide des « 10 plantes qui soignent », comme le pavot de Californie pour « améliorer son sommeil », la rhodiole pour « lutter contre le stress », ou encore l'harpagophytum pour « atténuer les douleurs articulaires ».

Le Point se penche aussi sur la phytothérapie et évoque entre autres la canneberge, « "la" plante contre les infections urinaires », ou « l'olivier, pour que le cœur batte en paix ».

Et dans le cadre du SAPHO ?
EH bien... retrouvez toutes les plantes testées pouvant soulager votre SAPHO ici :
avatar
Admin
Admin

Nombre de messages : 9602
Age : 54
Localisation : AUDE
Date d'inscription : 20/06/2008

http://vivre-avec.superforum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: SAPHO et traitements

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum